Archive | May, 2019

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »

« Le Monde Afrique » a décidé de publier l’un des articles de la revue « Afrique contemporaine » consacrée au Mali qui ne verra pas le jour. La publication du dossier a été suspendue par l’AFD, son organisme de tutelle. Sur les conflits maliens et l’intervention militaire française démarrée en 2013, la revue Afrique contemporaine a voulu décentrer le regard. C’est ainsi qu’elle a confié un dossier sur ces questions sensibles à des chercheurs nord-américains, sous la direction de Bruno Charbonneau. Cet universitaire canadien est directeur du Centre FrancoPaix en résolution des conflits et missions de paix (Université du Québec, Montréal). Ses travaux ont notamment porté sur la politique sécuritaire de la France en Afrique, considérée comme un « nouvel impérialisme »(Routledge, 2008), et plus largement sur les questions de conflits et leurs résolutions en Afrique de l’Ouest. Ce texte fait partie d’un dossier préparé depuis près d’un an pour la revue scientifique Afrique contemporaine éditée par l’Agence française de développement (AFD, ancien partenaire du Monde Afrique). Le conseil scientifique de la revue s’est montré intransigeant dans le processus d’évaluation de ce dossier. Deux textes ont été rejetés. D’autres ont du être significativement modifiés avant d’être validés. Mais l’AFD a finalement décidé de suspendre la publication du dossier, provoquant la démission du […]

Continue Reading 0

Comment la revue « Afrique contemporaine » a perdu son indépendance éditoriale

La suspension d’un dossier sur le Mali a déclenché la démission du rédacteur en chef et d’une partie du conseil scientifique. Un acte de décès sous la forme d’un tweet : « La revue Afrique contemporaine est morte. » Vendredi 22 mars, le chercheur canadien Bruno Charbonneau annonce l’enterrement de cette revue scientifique française d’études africaines. Plutôt que de décréter un deuil, le directeur du Centre FrancoPaix en résolution des conflits (université du Québec, à Montréal) libère la colère collective de ses collègues tant anglo-saxons que francophones en pointant la « censure » d’un dossier consacré aux dynamiques conflictuelles au Mali qu’il a dirigé. Quelques heures plus tôt, le rédacteur en chef de la revue, Marc-Antoine Pérouse de Montclos, avait annoncé à ses pairs son choix de ne pas renouveler son contrat. « La suspension sine die de la publication du dossier sur le Mali, pourtant validé par le conseil scientifique de la revue, me semble être de nature politique. Ce qui n’est pas tolérable », précise ce politologue spécialiste du Nigeria, également directeur de recherches à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Phase terminale Dans la foulée, quatre autres chercheurs membres du conseil scientifique d’Afrique contemporaine démissionnent aussi. « Il n’y a pas de raison qu’une instance politique se prononce sur des questions d’ordre académique. C’est injustifiable », explique […]

Continue Reading 0