A l’ONU, le Burkina demande « une coalition internationale » antiterroriste pour le Sahel

Face à la détérioration rapide de la sécurité dans la région, la Force G5 Sahel a demandé au Conseil de sécurité « la même détermination qu’en Irak et en Afghanistan ».

La lutte contre le terrorisme et la criminalité au Sahel « est une responsabilité collective » et « il est temps que la communauté internationale envisage la création d’une coalition internationale », a affirmé, jeudi 16 mai, au Conseil de sécurité le chef de la diplomatie du Burkina Faso. Ces fléaux doivent « être traités avec la même détermination que celle qui a prévalu en Irak et en Afghanistan », a estimé Alpha Barry, qui s’exprimait au nom des cinq pays membres de la Force G5 Sahel (Burkina, Niger, Tchad, Mauritanie et Mali).

« Les Etats membres du G5 Sahel n’y arriveront pas tout seuls », a insisté le ministre, en évoquant « une lutte pour [leur] survie » et en rappelant les événements de ces dernières semaines : prise en otages de Français, assassinats dans des églises, décès mardi de 28 soldats nigériens. Au Sahel, « les groupes terroristes (…) restent toujours forts et (…) partout la menace gagne du terrain », a estimé le ministre burkinabé. Alpha Barry a aussi réclamé à la communauté internationale d’afficher « une position claire quant à la résolution de la crise libyenne », alors que le pays « reste un sanctuaire d’incubation »pour des « terroristes et criminels de tout ordre ».

Secrétaire générale adjointe de l’ONU pour l’Afrique, Bintou Keita a aussi considéré que « la Force conjointe G5 Sahel ne pouvait pas affronter seule la charge du combat contre le terrorisme et la stabilisation de la région ». Elle a demandé au Conseil de sécurité d’élargir le soutien logistique de l’ONU à cette force antidjihadiste lancée formellement depuis deux ans mais qui souffre toujours d’un manque d’équipement et d’une opérationnalisation incomplète.

« Risque sans précédent »

Les Etats-Unis, qui privilégient une approche bilatérale, refusent toute implication plus forte de l’ONU en soutien de cette unité multinationale de 5 000 militaires.

« L’assistance bilatérale est le meilleur moyen d’aider cette force », a répété l’ambassadeur américain adjoint, Jonathan Cohen. Il a précisé que l’aide américaine aux pays concernés s’élevait à 111 millions de dollars (99,3 millions d’euros).

Comme la France, le diplomate américain a reconnu que « les conditions de sécurité continuent de se détériorer » au Sahel et que « cette insécurité a une incidence sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest ». Mais il a critiqué dans le même temps les vélléités de certains au Conseil de sécurité à vouloir renforcer l’implication de l’ONU dans la région, y compris dans son soutien logistique qui devait à l’origine n’être qu’une « mesure temporaire ».

La dégradation de la situation « fait peser un risque sans précédent sur la stabilité de l’Afrique de l’Ouest tout entière », a estimé l’ambassadeur français, François Delattre, en appelant au contraire à « renforcer le soutien multilatéral » à la Force G5 Sahel « via l’octroi d’un mandat robuste » par l’ONU « et la mise en œuvre d’un paquet logistique ».

Partageant le constat d’une forte dégradation, l’ambassadeur russe adjoint Dmitri Polyanskiy a déclaré que la Russie n’était pas opposée à « un financement de la force conjointe provenant du budget ordinaire des Nations unies ».

Originally published on Le Monde


, , , , , , , , ,

No comments yet.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.