Tag Archives | anglophone

Démocratie : pourquoi l’Afrique centrale n’avance pas

La réélection des plus prévisibles de Paul Biya, 85 ans, pour un septième mandat à la présidence du Cameroun, est passée comme une lettre à la poste — du moins sur la scène internationale. Quelques papiers et réactions à l’annonce des résultats le 22 octobre — 71,2 % des voix —, des félicitations de Paris et c’est reparti pour un tour, après de longues années de pourrissement dans ce pays. En 2010, un rapport de l’ONG International Crisis Group s’était inquiété d’une possible guerre, tant le problème de la succession — un cancer non traité — produisait déjà ses métastases. C’est du côté du Cameroun anglophone que le conflit a éclaté, dans une région lassée des négligences du pouvoir central à son égard puis révoltée par la répression à son encontre. Non moins prévisible, le chaos se profile en République démocratique du Congo (RDC) avec la « machine à voter » — un morceau qui promet d’être mémorable. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni), après deux ans de report du scrutin présidentiel par « manque de moyens », a sorti l’engin de son chapeau, décidant d’en commander 107 000 à une société privée sud-coréenne — un contrat de 158 millions de dollars. Cet outil n’a pas été certifié. Les autorités de Séoul ont mis en […]

Continue Reading 0

Colonial borders still influence how academics write about Africa

Africa is not a country—but a continent with one billion people, living in 55 different countries, and speaking more than 2,000 languages. Yet a relatively narrow coverage of Africa and its people exists not only in mainstream media, but as a new research paper shows, in academia as well. Virginia Tech University analyzed 20 years of research articles published in two major journals about African politics, namely African Affairs published by Oxford University and The Journal of Modern African Studies by Cambridge University. The paper investigated whether by reading Anglophone scholarship on sub-Saharan politics between 1993 and 2013, one could actually learn more about the region’s political reality and complexity. In his paper, published this month, Ryan C. Briggs, an assistant professor at the department of political science, notes that studies around sub-Saharan Africa cluster heavily on a small number of wealthier, more populous, and English-speaking nations. Fewer than half of all the countries in the region—46 in total—were written about more than 10 times, with the majority of them being former British colonies like Nigeria, Ghana, and Kenya. Former French colonies were the focus of about 5 papers on average, while those colonized by Britain had about 27 articles written about them. Population size also […]

Continue Reading 0