Tag Archives | France

25th Commemoration of the Rwanda genocide

Series of blog-posts by Colette Braeckman for the 25th commemoration of the Rwanda genocide. 1 Souvenirs du Rwanda, un quart de siècle plus tard Un quart de siècle, ce n’est rien. Les souvenirs que j’avais gardés du Rwanda sont remontés brusquement. Aussi brûlants qu’au premier jour. En voici le récit. La lente descente aux enfers Lorsque je découvris le Rwanda à la fin des années 80, le « pays des milles coopérants » bénéficiait de toutes les indulgences. Le président Habyarimana venait régulièrement partager les prières du château de Laeken et les fidèles se pressaient dans les églises catholiques. En août 1990, le président Habyarimana mesurait cependant la montée des périls. A l’occasion d’une longue interview qu’il m’accorda dans sa villa de Remera, à l’extérieur de la ville, il souligna les difficultés économiques du pays, invoquant le surpeuplement pour exclure toute idée d’un retour des Tutsis réfugiés dans les pays voisins : « vous voyez bien qu’il n’y a pas de place ! ». Me présentant son épouse Agathe il déclara en souriant : « c’est elle le véritable chef ». Commentant la prochaine venue du Pape, il s’interrogea sur le coût que son pays devrait supporter, à tel point […]

Continue Reading 0

Pourquoi les tensions en Algérie inquiètent particulièrement la France

L’annonce du retrait d’Abdelaziz Bouteflika avant la fin de son éventuel prochain mandat n’apaise pas la contestation. La France est particulièrement inquiète. Les manifestations n’y ont rien changé. Malgré ses 82 ans, dont vingt à la tête de l’Algérie, et sa santé chancelante, en raison d’un AVC survenu en 2013, le président Abdelaziz Bouteflika a officialisé sa candidature à un cinquième mandat, le 3 mars. Son directeur l’a déposée à sa place, car le chef de l’Etat ne se déplace plus que pour se faire soigner dans un hôpital de Genève, où il se trouve actuellement. Bouteflika promet, s’il est réélu le 18 avril, de se retirer avant la fin du mandat et d’organiser une élection présidentielle anticipée, dont la date serait fixée à l’issue d’une ” conférence nationale “. Facteur de fragilité Les forces obscures qui tiennent le pouvoir à Alger ont donc décidé de braver la contestation populaire, d’une ampleur inédite. Quitte à mettre le pays en danger. Le camp présidentiel agite le spectre de la décennie noire de la guerre civile (1992-2002), voire celui du conflit syrien. Mais l’argument de la stabilité, qui avait déjà servi lors de l’élection présidentielle de 2014, ne tient plus : cette […]

Continue Reading 0