En Tunisie, une « insurrection électorale » contre les partis du « système »

Kaïs Saïed et Nabil Karoui, deux candidats « outsiders », arrivent en tête du premier tour du scrutin présidentiel, selon des estimations provisoires.

Une « insurrection électorale » en Tunisie ? Les électeurs tunisiens ont placé en tête du premier tour du scrutin présidentiel, dimanche 15 septembre, deux candidats « outsiders » défiant la classe politique établie, selon deux sondages de sortie des urnes. Le juriste expert en droit constitutionnel Kaïs Saïed, au discours hyperconservateur, arrive en tête avec environ 19 % des suffrages exprimés. Il devance le magnat de la télévision Nabil Karoui qui, malgré son incarcération depuis le 23 août pour « évasion fiscale », est crédité d’environ 15 %, indiquaient dimanche soir les instituts Sigma Conseil et Emrhod. L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), qui fait office de commission électorale, devait confirmer ces résultats dans les quarante-huit heures pour qu’ils prennent une valeur officielle.

Read more on Le Monde

,

No comments yet.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.