Tag Archives | security

Adam Thiam: « Face aux violences, nos Etats sahéliens, très fragiles, peuvent s’effondrer, et très rapidement »

Pour l’intellectuel malien Adam Thiam, seuls le désarmement et  la bonne gouvernance permettront au Mali et au Burkina Faso d’enrayer la spirale des violences nourries par la prolifération des milices et l’expansion djihadiste. Adam Thiam. Courrier des Afriques Journaliste et consultant, Adam Thiam est spécialiste du centre du Mali. Auteur d’un rapport de référence in­titulé « Centre du Mali : enjeux et dangers d’une crise négligée », publié en 2017 par le Centre pour le dialogue humanitaire, il a aussi étudié les ­conflits et les questions de développement au Sahel. Cet intellectuel malien est par ailleurs un familier des arcanes politiques : ex-porte-parole de la commission de l’Union africaine, il est actuellement conseiller de l’ancien président de transition malien Dioncounda Traoré (2012-2014). Au Mali, le nombre de civils tués dans des attaques a augmenté de 300 % entre novembre 2018 et mars 2019, en majorité dans la région du centre. Le Burkina Faso s’embrase à son tour. Comment expliquer cette flambée des violences ? La situation qui prévaut aujourd’hui dans le centre du Mali découle de l’offensive djihadiste qui avait été lancée dans le nord, en 2012. C’est cette même année qu’Amadou Koufa [aujourd’hui chef djihadiste dans le centre du Mali] a été recruté, au nord, par Iyad Ag Ghali [principal leader djihadiste pour ­l’ensemble du Sahel]. […]

Continue Reading 0

A l’ONU, le Burkina demande « une coalition internationale » antiterroriste pour le Sahel

Face à la détérioration rapide de la sécurité dans la région, la Force G5 Sahel a demandé au Conseil de sécurité « la même détermination qu’en Irak et en Afghanistan ». La lutte contre le terrorisme et la criminalité au Sahel « est une responsabilité collective » et « il est temps que la communauté internationale envisage la création d’une coalition internationale », a affirmé, jeudi 16 mai, au Conseil de sécurité le chef de la diplomatie du Burkina Faso. Ces fléaux doivent « être traités avec la même détermination que celle qui a prévalu en Irak et en Afghanistan », a estimé Alpha Barry, qui s’exprimait au nom des cinq pays membres de la Force G5 Sahel (Burkina, Niger, Tchad, Mauritanie et Mali). « Les Etats membres du G5 Sahel n’y arriveront pas tout seuls », a insisté le ministre, en évoquant « une lutte pour [leur] survie » et en rappelant les événements de ces dernières semaines : prise en otages de Français, assassinats dans des églises, décès mardi de 28 soldats nigériens. Au Sahel, « les groupes terroristes (…) restent toujours forts et (…) partout la menace gagne du terrain », a estimé le ministre burkinabé. Alpha Barry a aussi réclamé à la communauté internationale d’afficher « une position claire quant à la résolution de la crise libyenne », alors que le pays « reste un […]

Continue Reading 0